skyschai:

Boise, Idaho by Jared Ropelato

skyschai:

Boise, Idaho by Jared Ropelato

Weekend à Rome.

- Of Whales and Men -: Je voudrais une couronne de neige

Nicolas m’a dit ” Ne pense pas à demain”. Nicolas a raison.

Il y a un an, je rentrais de demain de Reykjavík, il y a un an, on se frottait les pieds sous les couvertures, il y a un an demain, on savait pas que il y aurait dans” un an demain” des cartons encore vide dans tout l’appartement.

happymeat:

En se réveillant, on s’est regardé. On savait que c’était notre dernière aventure. Il faisait froid et humide dans la chambre. On s’est dit que si on restait toute la journée à s’ennuyer, tapis au fond du lit, les couettes sur la tête, à ne rien dire, juste à s’entortiller les pieds pour se…

Se demander ce que l’on fait encore ici. A quoi ça sert Paris quand il y a les drapeaux qui claquent sur le port de Reykjavik

de-eindeloos-zomer:

Neige saccadée.

Il ne faut jamais oublier que c’est à cause de cette chanson que Frédéric m’a emmenée faire le tour du monde.

(Source: Spotify)

Le week-end où nous nous étions installés à Bruxelles il y a eu ça. Fred y retourne ce week-end et le jalouse de se projeter là-bas.

C’est en me retrouvant à l’ouest de la Tour du Midi et à perpette de la rue de Suède que je m’en suis voulue d’avoir téléchargé IOS6. Je maudis TomTom et je maudis Apple de m’avoir perdue dans la quartier de la gare. J’arrive avec vingt minutes de retard à la Porte de Hal, face au Potemkine. Il dit qu’il a tourné toute la journée en m’attendant mais que maintenant ça va, je suis là et il est content. Ça nous fait tout drôle de nous retrouver, de nous donner rendez-vous, en dehors de Paris, dans un pays qui est un peu le nôtre mais où tout est différent. Comme dans un miroir déformant. Il porte mon sac jusqu’à la place Saint Gilles. Le parvis de l’église est couverte de tables, de chaises et de verres de Westmalle. Je regarde Bruxelles s’assombrir et le néon du Verschueren éclairer les visages des clients emmitouflés sur la terrasse. En face du bar de l’Union, ils ont engagé un pianiste. Je dépose mon sac Fred le Chevalier dans l’appartement Rue Berckmans. J’ai déjà bu de la Ciney et j’ai déjà avalé des crackers en forme de poissons. J’ai tendu la monnaie en disant “s’il vous plait”, on me dit ” ça va”, je dis “merci”, on dit ” plaisir”. C’est vendredi et la ville est calme. On passe de l’autre côté de l’avenue Louise et on erre dans Ixelles jusqu’à la place Fernand Cocq. Au Volle Gas, je bois des gorgées de Jupiler entre les bouchées de croquettes de crevette. C’est la cuisine de années 1970 avec un filet mignon au pain d’épice avec de gros choux fleurs à la crème. Mes moules sont dans l’jus d’ail. On rentre ivre et épicé.

En me réveillant, je suis tellement énervée par le journée à venir que je ne vois pas qu’il est 7:00 et je fais des allers et venus entre le lit et la cuisine pour qu’il se réveille. On part sous le soleil chercher des cafés. On va au Jeu de Balle, sur la Grand’ Place, je mange des chocolats, des spéculos et des Vedett. On achète six fromages à la crèmerie Place du Marché aux Graines à Sainte Catherine, on nous demande si j’ai l’intention de voter pour le bourgmestre le 14. Je dis que oui. En voyant mon nom sur le ticket de caisse, il s’est dit que j’étais l’un d’entre eux, et moi aussi je voulais être l’un d’entre eux. Je choisis un sandwich à la viande hachée Aux Suisses. Burk, que les chocolats de Marcolini sont mauvais au Sablon . Il n’y a qu’en Belgique qu’on trouve de la tisane d’églantier. Au Belga, place Flagey, j’attends que la friterie ouvre. Mais à force d’attendre, je bois beaucoup de Volga et en sortant on est certain qu’elle a fermé mais non. Elle brille, la petite cabane à frites. Il y a du monde et quand c’est à nous, le fritier me dit qu’à la tête de ma commande, je suis française. “Oui mais je suis un peu belge aussi”. Deux fricadelles, trois grandes frites (une pour le trajet de retour), deux hamburgers à la viandelle et de la sauce pili-pili/pickles/mayonnaise. Et le fritier nous fait des clins d’oeil en nous disant qu’il nous trouve “adorable”. Derrière moi, une grande blonde commande un poulycroc. Mais NH. me dit que c’est déjà pas mal. J’aime tant la rue Lebroussart que l’on emprunte pour rentrer. On mange vers minuit devant LA DEUX en ouvrant les canettes de Jupiler.

Le marché de Saint Gilles nous sort de notre coma-alimentaire. Comme en Espagne, les belges mettent du sirop qui colle sur les viennoiseries. Ce n’est pas bon. Chez Verschueren, je commande un croque-monsieur. Ce sont nos dernières heures à Bruxelles et je lis dans LE SOIR que l’Orchestre de Brussels enregistre désormais des sonneries pour Iphone en vente sur Itunes. Et je me dis qu’Apple ne le mérite pas.

Bruxelles 

Brussels 

Je rejoins les voiliers, là où le canal s’engouffre dans la Seine. Je n’ai plus qu’à attendre la neige. 

(Source: Spotify)

- Of Whales and Men -: Quand je n'avais pas peur.

happymeat:

En avril dernier, mon amie de la Gaîté Lyrique m’a demandé si je voulais raconter ce que j’avais vu en Amérique. Alors j’ai dit oui parce que je n’avais pas peur d’écrire. Entre temps les choses ont changé et j’ai eu une frousse d’enfer que des gens lisent mon texte dans Libé.

Si vous aviez alors…

pussfromgoteborg:

Sang de viking.

pussfromgoteborg:

Sang de viking.